D'Art d'Art

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Sam 4 Aoû - 14:35

Le 13 mai 1871, Rimbaud écrit à Izambard : « C'est faux de dire : Je pense. On devrait dire : On me pense. Pardon du jeu de mots. JE est un autre. » Le poète se fixe donc pour tâche de se connaître en se débarrassant de toutes les conventions, les cultures et les discours qui l'entravent. Deux jours plus tard, dans une lettre connue sous le nom de « Lettre du voyant » (adressée au poète Paul Demeny [1844-1918] rencontré à Douai l'année précédente), il prône « un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens », ce qui suppose en même temps le choix des sens contre le sens, et une avancée méthodique vers l'inconnu, par-delà les limites de l'esprit, de la morale et du corps humain.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Sam 4 Aoû - 18:40

clymene2 a écrit:Je ne veux en aucune manière prendre la défense des deux rappeurs (dont j'ai oublié les noms) qui se sont battus à Orly.
Je ne connais pas non plus leurs œuvres, et ne suis pas sûre que je les apprécierais si je prenais la peine de les découvrir.
On émet à leur sujet des opinions très dépréciatives et on évoque Verlaine et Rimbaud en contrepoint.
Or, eux-mêmes... et bien d'autres...

L'expression « poète maudit » ayant fait florès (la notoriété d'Arthur Rimbaud et la « rimbaldite » n'y étant pas pour rien), elle peut aujourd'hui qualifier d'autres auteurs que les amis de Verlaine. Elle désigne en général un poète qui, incompris dès sa jeunesse, rejette les valeurs de la société, se conduit de manière provocante, dangereuse, asociale ou autodestructrice (en particulier avec la consommation d'alcool et de drogues), rédige des textes d'une lecture difficile et, en général, meurt avant que son génie ne soit reconnu à sa juste valeur. Ont ainsi pu recevoir ce qualificatif Verlaine lui-même, mais aussi des auteurs comme Rutebeuf, François Villon, Nicolas Gilbert, Thomas Chatterton, Aloysius Bertrand, Gérard de Nerval, Charles Baudelaire, Lautréamont, Petrus Borel, Charles Cros, Germain Nouveau, Léon Deubel, Émile Nelligan, Antonin Artaud, Olivier Larronde, James Douglas Morrison ou encore John Keats et Edgar Allan Poe.


En effet. Et tout comme au moment de leur discrédit le public de l'époque a été outré, il est dans l'ordre (temporel?) des choses qu'aujourd'hui nous aussi soyons choqués par la conduite des 2 rappeurs, et de leurs suiveurs.
Il y a cependant une difference, et c'est que la violence projetée sur les écrans de télévision, suggère qu'elle est le symptome de notre société et que le pire est à venir.
Et donc, peu importe la personnalité de ces 2 artistes ou du contenu de leurs oeuvres, et pour rester en mode poetique, on y a vu "des lendemains qui déchantent".

. scratch


beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Sam 4 Aoû - 18:41

Ces "braves" rappeurs ont connu des prédécesseurs !!!

Avec Christophe Colomb, représenté en 1809 au théâtre de l'Odéon (alors appelé Théâtre de l'Impératrice), le dramaturge Népomucène Lemercier entreprit en revanche de s'affranchir des unités de temps et de lieu, de mêler les registres (comique et pathétique), enfin de se permettre des libertés avec les règles de la versification classique : à la première de la pièce, les spectateurs, médusés, ne réagirent pas. En revanche, dès la seconde représentation, le public, majoritairement composé d'étudiants hostiles aux libertés prises par l'auteur avec les canons classiques, provoqua des heurts suffisamment violents pour que des grenadiers investissent la salle, baïonnette au fusil. Un spectateur trouva la mort, trois cents étudiants furent arrêtés et incorporés de force dans l'armée.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Sam 4 Aoû - 19:03

Il est donc dans l'ordre des choses, que les spectateurs que nous sommes, nous soyons aussi médusés.


Je doute fort que leur(s) avocat(s) au moment des plaidoires fassent appel au cas Rimbaud & co. pour leur défense.
Par contre ce qui serait classe est que, comme un des films de Claude Lelouch*, les plaidoires soient exprimées en mode rap.

Yo yo yo ... 
.
.

* L'avocat Luchini dans le film "tout ça pour ça"...

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Sam 4 Aoû - 19:46

beced a écrit:Il est donc dans l'ordre des choses, que les spectateurs que nous sommes, nous soyons aussi médusés.


Je doute fort que leur(s) avocat(s) au moment des plaidoires fassent appel au cas Rimbaud & co. pour leur défense.
Par contre ce qui serait classe est que, comme un des films de Claude Lelouch*, les plaidoires soient exprimées en mode rap.

Yo yo yo ... 
.
.

* L'avocat Luchini dans le film "tout ça pour ça"...
Les spectateurs que nous sommes ? Lesquels ?
Lors de la Bataille d'Hernani, Théophile Gautier, n'était pas "médusé", il défendait avec ardeur son pote Hugo et cassait allégrement les fauteuils du théâtre.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Sam 4 Aoû - 20:25

clymene2 a écrit:
beced a écrit:Il est donc dans l'ordre des choses, que les spectateurs que nous sommes, nous soyons aussi médusés.


Je doute fort que leur(s) avocat(s) au moment des plaidoires fassent appel au cas Rimbaud & co. pour leur défense.
Par contre ce qui serait classe est que, comme un des films de Claude Lelouch*, les plaidoires soient exprimées en mode rap.

Yo yo yo ... 
.
.

* L'avocat Luchini dans le film "tout ça pour ça"...
Les spectateurs que nous sommes ? Lesquels ?
Lors de la Bataille d'Hernani, Théophile Gautier, n'était pas "médusé", il défendait avec ardeur son pote Hugo et cassait allégrement les fauteuils du théâtre.

Ceux qui ont été médusés par ce qu'ils ont vu de ce qui s'est passé à Orly, et qui, j'imagine, ne trouvent pas utile de relativiser immédiatement leurs réactions en faisant appel à des exemples du passé.

Un gars qui saccage les fauteuils d'un théâtre est condamnable sans appel: qu'il soit Théophile Gautier ou un prix Nobel.
Dans l'affaire des 2 rappeurs, on est d'abord choqué par les faits et les lieux où cela s'est passé, ensuite par le fait qu'il s'agit de 2 "pipoles": mais pas, selon moi, par leur oeuvre artistique.
.
.

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Sam 4 Aoû - 20:30

Ah bon ? Les partisans de l'un ne trouvent pas "nulles à ch..." les prestations de l'autre ? Je croyais que c'est pour cela qu'ils se battaient.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Sam 4 Aoû - 20:33

J'ai cru comprendre qu'on considérait comme "décadents" ces deux rappeurs, dont décidément je ne me rappelle pas le nom.
Les Fleurs du Mal ont été jugées pernicieuses à leur époque, l'auteur est même passé au tribunal.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Sam 4 Aoû - 20:45

clymene2 a écrit:Ah bon ? Les partisans de l'un ne trouvent pas "nulles à ch..." les prestations de l'autre ? Je croyais que c'est pour cela qu'ils se battaient.
Les raisons pour lesquelles ils se battent n'entrent pas en compte (selon moi) : il y a eu bagarre entre 2 pipoles à Orly ...  etc... (cf. plus haut ).

D'une certaine manière les réactions sont semblables à celle que l'on peut avoir lorsqu'il y a des pugilats au Parlement ou au Sénat.
J'imagine que si la bagarre entre les 2 rappeurs et leurs partisans avait eu lieu sur un terrain vague, l'émotion (le "buzz")  aurait été moins importante.
.
Bonne soirée  (fait chaud, l'heure de faire un petit tour au bord de la grande mare ).


beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Sam 4 Aoû - 20:53

beced a écrit:
Les raisons pour lesquelles ils se battent n'entrent pas en compte (selon moi) : il y a eu bagarre entre 2 pipoles à Orly ...  etc... (cf. plus haut ).

D'une certaine manière les réactions sont semblables à celle que l'on peut avoir lorsqu'il y a des pugilats au Parlement ou au Sénat.
J'imagine que si la bagarre entre les 2 rappeurs et leurs partisans avait eu lieu sur un terrain vague, l'émotion (le "buzz")  aurait été moins importante.
.
Bonne soirée  (fait chaud, l'heure de faire un petit tour au bord de la grande mare ).

En fait, nous ne discutons pas du tout de la même chose.

Dès le début, je me suis placée sur le terrain de leur "art", ayant lu ici ou là qu'on parlait de "sous-culture" en évoquant avec nostalgie Rimbaud et d'autres.
J'ai d'ailleurs réagi dans cette rubrique, précisément.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Dim 5 Aoû - 0:20

Les nouveaux modes d'expression sont souvent accueillis avec dédain ou mépris ou suspicion.
L'argument en leur faveur qui revient souvent, donc, est la comparaison avec les parcours problématiques ou chaotiques ("il est mort dans la misère et aujourd'hui son oeuvre vaut des millions..") d'artistes du passé. Ce qui; il me semble, est une argumentation de facilité qui ne prouve rien, même si cela a permis à Jack Lang de pouvoir squatter les médias...

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Dim 5 Aoû - 10:41

Bonjour, beced
De ma part, ce n'était pas un argument, mais une simple constatation.
Cela m'a paru tout simplement amusant d'évoquer les mânes de l'enfant terrible Rimbaud, mais je n'ai rien voulu prouver.
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par Arlequine le Dim 5 Aoû - 11:04

clymene2 a écrit:Je ne veux en aucune manière prendre la défense des deux rappeurs (dont j'ai oublié les noms) qui se sont battus à Orly.
Je ne connais pas non plus leurs œuvres, et ne suis pas sûre que je les apprécierais si je prenais la peine de les découvrir.
On émet à leur sujet des opinions très dépréciatives et on évoque Verlaine et Rimbaud en contrepoint.
Or, eux-mêmes... et bien d'autres...

L'expression « poète maudit » ayant fait florès (la notoriété d'Arthur Rimbaud et la « rimbaldite » n'y étant pas pour rien), elle peut aujourd'hui qualifier d'autres auteurs que les amis de Verlaine. Elle désigne en général un poète qui, incompris dès sa jeunesse, rejette les valeurs de la société, se conduit de manière provocante, dangereuse, asociale ou autodestructrice (en particulier avec la consommation d'alcool et de drogues), rédige des textes d'une lecture difficile et, en général, meurt avant que son génie ne soit reconnu à sa juste valeur. Ont ainsi pu recevoir ce qualificatif Verlaine lui-même, mais aussi des auteurs comme Rutebeuf, François Villon, Nicolas Gilbert, Thomas Chatterton, Aloysius Bertrand, Gérard de Nerval, Charles Baudelaire, Lautréamont, Petrus Borel, Charles Cros, Germain Nouveau, Léon Deubel, Émile Nelligan, Antonin Artaud, Olivier Larronde, James Douglas Morrison ou encore John Keats et Edgar Allan Poe.
Toujours aller lire "ailleurs", et dénigrer ensuite, c'est pas joli, joli monkey

Arlequine

Messages : 114
Date d'inscription : 20/04/2017
Age : 65
Localisation : Metz

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Dim 5 Aoû - 12:17

Le Bateau ivre

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées
Moi l'autre hiver plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants

La tempête a béni mes éveils maritimes
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'œil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sures
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très-antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
— Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux....

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur,
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur,

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Behemots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
— Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ? —

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes.
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesses, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Dim 5 Aoû - 19:06

clymene2 a écrit:Bonjour, beced
De ma part, ce n'était pas un argument, mais une simple constatation.
Cela m'a paru tout simplement amusant d'évoquer les mânes de l'enfant terrible Rimbaud, mais je n'ai rien voulu prouver.

- Mais c'est bien ainsi que je l'avais compris.

.
.
- A propos de gens de plume (et pas de poing), "le magazine américain The Strand publie un inédit d'Ernest Hemingway intitulé A Room on the Garden Side. Le texte, aux accents autobiographiques, raconte les grandes heures de la libération de la capitale française, vues d'une chambre du Ritz....."

http://www.lefigaro.fr/livres/2018/08/03/03005-20180803ARTFIG00128-dans-une-nouvelle-inedite-hemingway-declare-sa-flamme-au-paris-libere-de-1944.php
.
.
.
-

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Dim 12 Aoû - 14:00

Contre l'exclusion.
Contre le bannissement.
Contre la chasse aux sorcières.



Une sorcière comme les autres

S'il vous plaît
Soyez comme le duvet
Soyez comme la plume d'oie
Des oreillers d'autrefois
J'aimerais
Ne pas être portefaix
S'il vous plaît
Faîtes vous léger
Moi je ne peux plus bouger

Je vous ai porté vivant
Je vous ai porté enfant
Dieu comme vous étiez lourd
Pesant votre poids d'amour
Je vous ai porté encore
A l'heure de votre mort
Je vous ai porté des fleurs
Je vous ai morcelé mon coeur

Quand vous jouiez à la guerre
Moi je gardais la maison
J'ai usé de mes prières
Les barreaux de vos prisons
Quand vous mourriez sous les bombes
Je vous cherchais en hurlant
Me voilà comme une tombe
Avec tout le malheur dedans

Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Celle qui parle
Ou qui se tait
Celle qui pleure
Ou qui est gaie
C'est Jeanne d'Arc
Ou bien Margot
Fille de vague
Ou de ruisseau

C'est mon coeur
Ou bien le leur
Et c'est la soeur
Ou l'inconnue
Celle qui n'est
Jamais venue
Celle qui est
Venue trop tard
Fille de rêve
Ou de hasard

Et c'est ma mère
Ou la vôtre
Une sorcière
Comme les autres

Il vous faut
Etre comme le ruisseau
Comme l'eau claire de l'étang
Qui reflète et qui attend
S'il vous plaît
Regardez-moi je suis vraie
Je vous prie
Ne m'inventez pas
Vous l'avez tant fait déjà

Vous m'avez aimée servante
M'avez voulue ignorante
Forte vous me combattiez
Faible vous me méprisiez
Vous m'avez aimée putain
Et couverte de satin
Vous m'avez faite statue
Et toujours je me suis tue

Quand j'étais vieille et trop laide
Vous me jetiez au rebut
Vous me refusiez votre aide
Quand je ne vous servais plus
Quand j'étais belle et soumise
Vous m'adoriez à genoux
Me voilà comme une église
Toute la honte dessous

Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Celle qui aime
Ou n'aime pas
Celle qui règne
Ou qui se bat
C'est Joséphine
Ou la Dupont
Fille de nacre
Ou de coton

C'est mon coeur
Ou bien le leur
Celle qui attend
Sur le port
Celle des monuments
Aux morts
Celle qui danse
Et qui en meurt
Fille bitume
Ou fille fleur

Et c'est ma mère
Ou la vôtre
Une sorcière
Comme les autres

S'il vous plaît
Soyez comme je vous ai
Vous y rêvez depuis longtemps
Libre et fort comme le vent
S'il vous plaît
Libre aussi
Regardez je suis ainsi
Apprenez-moi n'ayez pas peur
Pour moi je vous sais par coeur

J'étais celle qui attend
Mais je peux marcher devant
J'étais la bûche et le feu
L'incendie aussi je peux
J'étais la déesse mère
Mais je n'étais que poussière
J'étais le sol sous vos pas
Et je ne le savais pas

Mais un jour la terre s'ouvre
Et le volcan n'en peux plus
Le sol se rompt
On découvre des richesses inconnues
La mer à son tour divague
De violence inemployée
Me voilà comme une vague
Vous ne serez pas noyé

Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Et c'est l'ancêtre
Ou c'est l'enfant
Celle qui cède
Ou se défend
C'est Gabrielle
Ou bien Eva
Fille d'amour
Ou de combat

C'est mon coeur
Ou bien le leur
Celle qui est
Dans son printemps
Celle que personne
N'attend
Et c'est la moche
Ou c'est la belle
Fille de brume
Ou de plein ciel

Et c'est ma mère
Ou la vôtre
Une sorcière
Comme les autres

S'il vous plaît
Faîtes vous léger
Moi je ne peux plus bouger


Anne Sylvestre, 1975
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Dim 12 Aoû - 18:42

Après les lettres, voilà les notes ... Very Happy


beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Jeu 16 Aoû - 8:01

...
Cinq ans après sa fermeture, le musée d’Idleb en Syrie rouvre ses portes - AFP

Après près de cinq années de fermeture, le musée d’Idleb a rouvert ses portes lundi en Syrie avec l’exposition d’une petite partie de sa collection, l’institution n’ayant pas échappé à la guerre qui ravage le pays.

Deux uniques salles seront accessibles au public qui pourra y découvrir mosaïques, statues, chapiteaux de colonnes, mais aussi amphores, lampes à huile et autres ustensiles et récipients en argile remontant à l’Antiquité.

La réouverture de ce musée dans une région toujours en guerre a été lancée par une équipe locale d’académiciens et d’archéologues alors que l’institution était fermée depuis 2013. Lundi déjà, quelques dizaines de visiteurs ont déambulé parmi les vestiges qu’ils ont pris en photo avec leur portable.

« Nous avons mené des travaux de restauration et d’entretien dans le musée d’Idleb pour lui redonner vie », affirme à l’AFP le responsable des sites archéologiques d’Idleb, Ayman al-Nabo, en marge de l’inauguration.
« C’est un message au monde entier, et plus particulièrement à l’UNESCO, pour qu’elle assume son rôle vis-à-vis des sites archéologiques » d’Idleb, martèle le responsable.

Dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, la province d’Idleb (nord-ouest) est riche en musées et sites archéologiques remontant à l’Antiquité, dont la cité d’Ebla, érigée au temps d’un des plus anciens royaumes de Syrie.

Terre de multiples civilisations, des Cananéens aux Ottomans, la Syrie regorge de trésors datant des époques romaine, mamelouk et byzantine, avec des mosquées, des églises et des châteaux croisés. Six sites du pays sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco et certains n’ont pas échappé aux violences destructrices de la guerre qui ravage le pays depuis 2011.
L’équipe du musée d’Idleb veut d’ailleurs « organiser des visites pour toute la génération d’étudiants qui n’ont pas pu visiter des sites archéologiques à cause de la guerre », souligne M. Nabo.

Ouvert en 1989, le musée d’Idleb regroupait avant la guerre l’essentiel des objets déterrés lors des fouilles d’Ebla, un site connu pour ses tablettes d’argile datant de 2.400 à 2.300 avant JC qui témoignent de l’invention du premier alphabet.
Le musée d’Idleb visé par des raids aériens

Durant les premières années du conflit, la cité antique d’Ebla avait été pillée et ravagée par les combats entre rebelles et régime, tandis que le musée d’Idleb avait été visé par des raids aériens.
L’ancien directeur des Antiquités syriennes, Maamoun Abdel Karim, avait assuré par le passé à l’AFP que « la grande majorité des objets archéologiques dans les musées syriens avaient été sauvés et placés dans des endroits sûrs à Damas ».
Parmi les visiteurs de lundi l’archéologue Fayez Kawssara. « J’ai vécu la création du musée d’Idleb dans ma jeunesse (…) et aujourd’hui après toutes ces années noires, il rouvre de nouveau, avec ce qui reste des vestiges », soupire-t-il.

http://fr.euronews.com/2018/08/14/syrie-le-musee-bombarde-d-idleb-rouvre-ses-portes


...

PS. Avant ce conflit (2011 ) la Belgique avait envoyé beaucoup d'archéologues dans ce pays.
..

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Jeu 16 Aoû - 11:40

Pourvu que...
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Ven 14 Sep - 11:29

...A painting by British artist David Hockney is set to become the most expensive work by a living artist to ever be sold at auction. Portrait of an Artist (Pool with Two Figures) is estimated to be worth $80m (£61m) said Christie's, which is auctioning the painting this November. It is "one of the great masterpieces of the modern era," Christie's said......
......Une œuvre du Britannique David Hockney va être mise en vente chez Christie's pour quelque 80 millions de dollars américains. Si elle est cédée à ce prix, elle deviendra la toile la plus chère d'un artiste vivant vendue aux enchères..............
...

https://www.bbc.co.uk/news/uk-45517469?ocid=global_bbccom_email_13092018_top+news+stories
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1123700/encheres-tableau-david-hockney-record-portrait-of-an-artist
.


PS. Un peintre dont j'ignorais l'existence ...

David Hockney, né le 9 juillet 1937 à Bradford au Royaume-Uni, est un peintre portraitiste et paysagiste, dessinateur, graveur, décorateur, photographe et théoricien de l'art britannique. Il vit et travaille entre le Yorkshire, sa province natale, et Kensington à Londres.
C'est une figure majeure du mouvement pop art des années 1960 et de l'hyperréalisme, et un des peintres britanniques les plus influents du XXe siècle.
Utilisant des couleurs acidulées et attirantes, David Hockney peint des portraits et des paysages où se mêlent peinture et photographie. Ayant vécu une grande partie de sa vie en Californie à Los Angeles, il possède un atelier sur Santa Monica Boulevard où sont conservées ses archives.
(Wikipedia)

http://www.davidhockney.co/

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par Sator Arepo le Ven 14 Sep - 11:37

Hockney, il revient souvent ... dans les quiz ! Very Happy
avatar
Sator Arepo

Messages : 10255
Date d'inscription : 25/04/2017
Localisation : Toujours ailleurs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Ven 14 Sep - 12:41

Sator Arepo a écrit:Hockney, il revient souvent ... dans les quiz ! Very Happy
Anéfé : un chouchou de Quizypedia, avec Hopper !
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par beced le Dim 16 Sep - 19:00

L'art est à la portée de toutezétous .. Faut voir comment le chien de ma voisine décore son appartement...    





 
Peter Charlesworth YOSHIKAZU TSUNO/AFP/Getty Images        

Barcroft/Barcroft Media  


Barcroft Media via Getty
Jeff Rotman  
John Pratt TWO HANDS AND A FOOT This chimpanzee named Congo — once a celebrity at the London Zoo — is photographed in August 1957, hard at work on his latest painting.   Mirrorpix/Mirrorpix via Getty Images POSING LIKE PICASSO Congo with his work, 1955.   Blaine Harrington III EASEL WORK A pair of elephants paint pictures at the Thai Elephant Conservation Center at the National Elephant Institute in Thailand.


Franz-Marc Frei; Jerry Alexander   Hulton Archive/Getty Images ABSTRACT ARTIST          
  [/url]

beced

Messages : 4803
Date d'inscription : 21/04/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par Captain Dallas le Lun 17 Sep - 10:42

Mais il me semble, Agnès, si ma mémoire est bonne,
Que j'avais défendu que vous vissiez personne.
avatar
Captain Dallas

Messages : 498
Date d'inscription : 12/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par clymene2 le Lun 17 Sep - 10:56

Le vieil Arnolphe n’était-il point un tantinet gâteux ?
avatar
clymene2

Messages : 7010
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'Art d'Art

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum